Disco

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Discographie

Migration Blues - 2017

Après le succès de Lead Belly’s Gold, Eric Bibb et J.J.Milteau s’associent au multi instrumentiste canadien Michael Jerome Browne pour produire Migration Blues. L’album, sobre mais dense, traite des déplacements forcés depuis l’exil des noirs américains jusqu’aux réfugiés qui périssent en mer de nos jours. Les critiques sont dithyrambiques ...

"Nous avons reçu le blues en héritage. Ça ne signifie pas qu’il faut le muséifier. La plupart des grands bluesmen furent des innovateurs en leur temps. Beaucoup étaient des migrants. Émigrer signifie prendre son futur à bras le corps. C’est une des leçons du blues, transcender le fatalisme et rendre le pessimisme positif"

Lead Belly’s Gold - 2015

À travers cet hommage à Lead Belly, ll’harmoniciste prolifique Jean-Jacques Milteau et le chanteur de blues Eric Bibb ne se contentent pas de célébrer le formidable héritage d’un géant de la musique populaire. Tout en construisant un pont entre le Nouveau Monde et le Vieux Continent, ils entendent souligner l’universalité et l’intemporalité du message de Lead Belly. J.J. et Eric, en enrichissant le répertoire de leur héros d’une poignée de compositions personnelles, s’inscrivent dans la droite ligne de son action poétique et militante lorsqu’ils abordent des problèmes quotidiens avec une fraîcheur et une candeur de façade propices à la diffusion d’un message de paix, d’espoir, de tolérance et de non-violence. Avec pour résultat un album, marqué par une entente musicale rare, qui restera l’un des plus originaux de leurs carrières respectives.

Blowin’ in the Past - 2012

Le Chant du Monde a eu l’idée saugrenue de ressortir les enregistrements que j’avais commis pour eux entre 1973 et 1983 soit 4 LP quand même ! Je ne me prononce pas sur la qualité musicale mais ça rappelle beaucoup de souvenirs plutôt bons et de rencontres enrichissantes. Pour agrémenter la proposition je me suis permis d’y joindre un CD de 27 harmonicistes qui ont bâti l’histoire de notre modeste et merveilleux instrument tout au long du XXe siècle. Y en a peut-être qui vous avaient échappés ?

Consideration - 2011 "Galvin, Milteau, Robinson, Smyth"

“La musique noire a été la plus grande claque culturelle des cent dernières années : non seulement une nouvelle lecture des timbres, des rythmes et des harmonies mais plus largement une nouvelle manière de considérer l’expression et la relation à l’autre. Toute relation constructive est fondée sur la considération. Ce que réclamaient en d’autres termes Otis et surtout Aretha : R.E.S.P.E.C.T... C’est généralement ce qui manque le plus dans une société qui ne va pas bien”

J.J. Milteau

Michael Robinson est né à Chicago, la cité du Blues avant d’émigrer sur la côte ouest et de travailler pour Quincy Jones, Ron Smyth a chanté à l’église avec sa mère avant sa période reggae, Manu Galvin a appris la guitare sur Brassens et les Beatles avant de découvrir Muddy Waters et B.B. King, Jean-Jacques Milteau avait depuis longtemps envie de leur proposer un son : le plus naturel possible. Quelques balances, backstage, emails, chambres d’hôtel et beaucoup de bon temps plus tard voici « Consideration », un sentiment qu’ils partagent et un album qui leur ressemble. invités : PALATA SINGERS, CARMEN MARIA VEGA, EMEL MATHLOUTHI

Harmonicas - 2009 : 40 titres avec les tonalités

Tout musicien, à une période de sa vie, ambitionne d’emmener son instrument sur des routes plus ou moins inédites. Avant de trouver le bonheur de faire dialoguer le petit instrument avec les voix de Soul Conversation, j’ai, moi aussi, exploré quelques pistes instrumentales. Toutes sont issues d’impressions souvent fugaces, de rencontres, de lieux :“Blue Hop” est né à Marseille, “Yaoussa” à la frontière nigériane, “Rue Doisneau” à Avignon, “The Sailor and the Maid” dans un bar breton, “Jurong Bird Park” à Singapour, “Bordighera” à Gênes, ou bien Livourne, “Soft Rain” à Montréal, “Au Bellevue” à Corbeil Essonne ...

Beaucoup d’hommes et de femmes, sans le savoir, ont guidé mon souffle et particulièrement les fantastiques musiciens que j’ai eu le bonheur de croiser : Manu Galvin, Olivier Ker Ourio, Manu Katché, Didier Lockwood, Carole Fredericks, Jean-Yves D’Angelo ... tous ceux qui ont contribué à ces enregistrements.

Au fil des dédicaces, de Hong Kong à Sao Paulo, de Calcutta à Osaka ou La Roche sur Yon, j’ai découvert que ces albums avaient intéressé plus de monde que je ne le pensais, bien qu’il fut pendant longtemps impossible de se les procurer.

Je dédie donc chaleureusement cette réédition à tous les harmonicistes qui m’ont fait l’honneur et le plaisir de s’inspirer, entre autres, de mon travail.

Harmonicalement. J.J. Milteau

Soul Conversation - 2008

J.J. Milteau parle de son harmonica comme d’une clé ... Cette « clé » aura ouvert quelques portes à l’ex-gamin de la zone, né au mitan du XXe siècle aux confins de la Porte d’Italie. Un amour précoce pour le blues et les musiques noires, va le conduire à inviter sur ses enregistrements quelques voix emblématiques du genre, Gil Scott Heron et Terry Callier, ainsi que Little Milton, N’Dambi ou Mighty Sam McClain. Il contribue à faire apprécier en France le barde « nu blues » Mighty Mo Rodgers et la charismatique Demi Evans. Il nous présente ses deux nouveaux complices, Michael Robinson et Ron Smyth, dans une Soul Conversation à plusieurs voix.

« J’ai toujours aimé les voix. Dans le blues, l’harmonica est un véritable interlocuteur du chanteur. Plus que pour briller, l’instrument est là pour dialoguer, illustrer, conforter, titiller, relayer, créer un décor propice à l’expression du chant. Une approche qui dispense de la virtuosité et des superlatifs.

Soul Conversation est une relecture des premières musiques que j’ai écoutées : Blues, Soul, Rock, Folk … Elles chantaient l’espoir de lendemains meilleurs. Pour la première fois, la jeunesse du monde entier utilisait un langage commun pour exprimer un désir d’ouverture et de tolérance. On s’éloignait de la grande boucherie mondiale, on sortait de la colonisation et la société occidentale semblait assez riche pour venir en aide aux plus démunis, où qu’ils se trouvent : « Have Pity On Those Whose Chances Grow Thinner , For There Is No Hiding Place Against The Kingdoms Throne (Curtis Mayfield : People Get Ready) ».

Force est de constater qu’on a dû rater un embranchement depuis, mais « … The Darkest Hour Is Always Just Before The Dawn (David Crosby : Long Time Gone) »

Soul Conversation s’offre un petit balayage d’horizon, une sorte de recherche de cap … « Is This The Way ? » Les questions m’ont toujours parues plus essentielles que les réponses … »

J.J. Milteau

Live, Hot n’Blue - 2007 Sur la route avec Jr Boy Jones & Demi Evans

À l’aube du nouveau millénaire, Jean-Jacques Milteau célébrait son arrivée chez Universal Jazz avec le recueil « Memphis », enregistré dans la capitale de la soul musique sudiste, et récompensé depuis par une Victoire de la Musique. Cinq ans plus tard, l’harmoniciste décidait de se lancer dans une aventure plus volontiers tournée vers le blues électrique et parcourait la France à la tête d’une formation aussi explosive que contrastée : pour donner la réplique aux pivots de son orchestre habituel — le guitariste Manu Galvin, l’organiste Benoît Sourisse et la chanteuse Demi Evans — J.J. faisait appel à une rythmique noir-américaine plébiscitée de longue date sur le circuit du blues aux États-Unis. Constituée autour du bassiste Felton Crews (un ancien de la bande à Miles Davis qui a prouvé son attachement au blues en travaillant avec Junior Wells et Otis Rush), l’orchestre de la tournée comprenait également le batteur Mark Mack (accompagnateur de James Cotton), ainsi que le guitariste et chanteur Andrew « Junior Boy » Jones, un Texan qui a fait ses classes auprès du grand Freddie King. Cette tournée, largement plébiscitée par le public en 2005, trouve aujourd’hui un prolongement attendu grâce à ce « Live Hot ‘n Blue » qui traduit fidèlement les accents blues d’une rencontre féconde en rebondissements musicaux.

Fragile - 2006 avec Michelle shocked & Demi Evans

Mes musiques préférées, celles qui ont balayé la seconde moitié du XXe siècle, le Blues, la Soul et le Rock n’ Roll, sont nées d’une fragilité que je considère désormais comme précieuse. Je n’avais jamais envisagé que, du fond des âges, la conscience intuitive de cette fragilité nous a permis de survivre et surtout de créer. Pourtant, la civilisation qui devrait être le refus de la loi du plus fort a, dans le fond, une hantise de la fragilité à laquelle elle tente de répondre par des bobards et des intégrismes de toutes sortes.

Concerné au premier chef, l’harmonica est le parangon de la fragilité : ses minuscules lamelles sont animées par un souffle généralement ému, lui-même puisé dans un air de plus en plus pollué !

Michelle Shocked et Demi Evans, chanteuses affectueusement invitées sur ce projet, démontrent dans leur parcours et leur expression que fragilité ne doit pas se confondre avec faiblesse.

On construit finalement plus sur la passion que sur le béton et tout ce que nous aimons en demeure fragile.

J.J. Milteau

Blue 3rd - 2003 avec Gil Scott Heron, Terry Callier, N’Dambi & Howard Johnson

Après « Memphis », dont la réussite artistique a été consacrée par une Victoire de la Musique entre autres récompenses, J.J. Milteau poursuit son voyage exploratoire. L’esprit du blues qui lui est cher reste l’un des éléments fondateurs de sa musique, même s’il est trop réducteur pour résumer à lui seul la démarche créative d’un artiste ouvert sur le monde, curieux de la diversité humaine.

Cette fois, Jean-Jacques s’éloigne des racines de la musique noire pour pénétrer plus avant dans l’univers d’une soul qu’il n’avait fait qu’effleurer lors de son périple dans le Tennessee. Une soul, entre ballade et jazz, pour laquelle la voix se fait instrument, au même titre que le tuba de Howard Johnson… « J’aimerais que mon harmonica puisse sonner comme les voix qui me touchent, précise Jean-Jacques, Je voudrais le faire dialoguer avec les instruments qui ont du grain, l’orgue, le tuba ou le baryton. » Le dialogue, instrumental ou vocal lorsqu’il s’engage avec le barde charismatique Gil Scott-Heron, le poète Terry Callier et la princesse Nu Soul N’Dambi, devient alors la ligne conductrice de l’harmoniciste qui démontre à quel point son instrument s’identifie au souffle dont il est l’émanation et l’esprit.

Memphis - 2001 avec Little Milton, Mighty Sam McClain & Mo Rodgers

Memphis, dit-on, serait la ville la plus citée dans les textes des chanteurs américains. La qualité de l’air doit au moins y être spéciale puisque les harmonicistes les plus inspirés s’y sont croisés : Will Shade, créateur du Memphis Jug Band et patriarche de l’instrument, Rice Miller alias Sonny Boy Williamson II, le plus expressif de tous, James Cotton, le porteur du flambeau, Walter Horton et son style tout en finesse, les hommes orchestres Dr. Ross et Joe Hill Louis, les « crooners » Junior Parker et Junior Wells, Charlie Musselwhite, l’Indien survivant, sans oublier Little Walter dont on raconte qu’il a dormi sur une table de billard lors de son premier séjour à Memphis.

Memphis, pour moi, c’est avant tout un son : le feulement de l’orgue Hammond, le groove velouté du piano Wurlitzer, le staccato brûlant de la guitare, et surtout les voix. Des voix soul gorgées de gospel. Des voix venues de si loin qu’elles font frissonner et monter les larmes quand elles jaillissent chaque fin de semaine d’un juke joint sur McLemore, d’une église sur Union ou d’un club sur Beale Street. Le petit harmonica Marine Band m’a, une fois de plus, servi de sésame pour aller à la rencontre de ces voix, de cette musique, de ces personnages pour lesquels j’éprouve, depuis si longtemps, admiration et tendresse. Qu’ils soient remerciés pour leur talent et leur émouvante complicité.

J.J. Milteau

- Bastille Blues - 1999 Harmonica instrumental
- Merci d’être venus - 1996 avec C. Nougaro, E. Mitchell, Ch. Aznavour, M. Jonasz, F. Cabrel, R. Bohringer, F. Pagny, M. Le Forestier ...
- Routes - 1994 Souvenirs de voyages
- Live - 1992 Enregistré à l’Utopia et au Zénith
- Explorer - 1991 Victoires de la Musique 1992

Blues Harp - 1989 Recueil d’anciens enregistrements

Une compilation des premiers enregistrements de J.J. Milteau pour le Chant du Monde entre 1973 et 1983. Un jeu fougueux, aux confins du blues, du rock et de la musique country, qui a inspiré nombre de ses jeunes émules. À noter, le très sensible Tommy avec Pierre Fanen à la guitare, AA Booghee enregistré à Nashville et Blues Harp qui module cinq fois sur le même harmonica

Inspiration I & II

Plus que les termes d’hommage ou d’admiration, celui de tendresse me vient naturellement en pensant aux harmonicistes présents sur ce recueil. Musiciens ou vagabonds, génies ou artisans, leur souffle a bercé mon imaginaire. Adolescent, le petit instrument m’est apparu comme un modeste glaive contre l’injustice entre les lèvres de Bob Dylan, Woody Guthrie ou Sonny Terry. Une manière d’affirmer que l’intensité de l’émotion n’est pas tributaire des moyens employés, mais de la sincérité partagée. Puis j’ai découvert l’hypersensibilité de Sonny Boy Williamson, l’inventivité jaillissante de Little Walter, l’incroyable musicalité de Stevie Wonder…

Les années passant, je persiste à croire que, davantage que la virtuosité, les qualités essentielles d’un harmoniciste restent sa naïveté et son idéalisme. Il n’existe peut-être pas d’harmonica heroes, mais tous ceux qui figurent sur ce CD ont apporté à des milliers de gens bien plus que ne le laisse supposer la modestie de l’instrument.

« Inspiration » est dédié à tous les musiciens que je n’ai pas pu, faute de place ou d’autorisation, inclure ici et plus largement à tous ceux qui ont affectueusement réchauffé un harmonica de leur souffle, au creux de leurs mains, un soir de solitude …

J.J. Milteau

Bon Temps Rouler La playlist idéale de l’émission de J.J. Milteau sur TSF

Cet album n’a pas été conçu comme un « Best of » ; une telle entreprise relèverait de la chimère. Plus simplement, il poursuit sur un autre support l’ambition de l’émission : donner du Bon Temps, et aussi l’envie d’en savoir plus sur ces musiques et ces musiciens qui ont pacifiquement bouleversé la culture du XXe siècle.

J.J. Milteau

Commander Lead Belly’s Gold en ligne

       

Réalisation tutti image sur SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Barilla.design - template Free CSS Templates sous Licence Creative Commons Attribution 2.5 License